Deux Mots-Clés pour La Saison des Fêtes: Satisfaction et Auto-Compassion

La période des fêtes est à nos portes. Elle est souvent accompagnée de son lot de stress; la routine prend le bord pour donner place aux retrouvailles, aux moments passés en famille ou entre amis, ou encore à beaucoup de solitude. Il y aura peut-être des personnes que l’on aurait préféré ne pas revoir et des conversations que l’on tentera d’éviter. Et puis biensûr, il y a le côté bouffe. Les plats préférés seront au rendez-vous et en abondance à part de t’ça! Pour certain.es, cet aspect est difficile à gérer. Surtout quand on est nombreux et que chacun a sa relation complexe avec la nourriture. Malheureusement, la société dans laquelle on vit fait que ce sont ceux qui ont une relation saine avec la nourriture et leur corps qui sont les plus rares. On est devenus habitués aux conversations sur le poids et sur la culpabilité éprouvée après avoir « trop » mangé.

C’est facile de s’oublier pendant cette période, d’oublier de prendre soin de soi. Tout roule tellement vite! Si ça vous tente, j’aimerais vous encourager à prendre un moment pour réfléchir aux situations liées à la nourriture ou au poids que vous redoutez pour cette période des fêtes. La sensation d’être scruté.e quand on se sert une assiette peut-être? Ou ces conversations où tout le monde parle du régime qu’elle ou il débutera le 2 janvier? Les commentaires de votre entourage sur le poids que vous avez pris ou perdu? Tous ces moments où vous serez face au buffet et aurez à choisir quoi manger? La sensation d’avoir « trop mangé » ?

Pensez d’avance aux meilleures façons de prendre soin de vous dans ces moments. Vous savez peut-être déjà que, selon moi, la restriction ne représente pas une façon de prendre soin de soi. Il ne s’agit donc pas de penser à l’avance aux choses que vous vous donnez le « droit » de manger et aux interdits, ou de planifier des stratagèmes pour manger moins ou ne pas « exagérer ». Ce dont je parle est donc plus un changement de perspective. Je vous propose deux mots-clés pour lancer votre réflexion: satisfaction et auto-compassion.

Quand viendra le temps de choisir ce qu’on mangera et en quelle quantité, je vous invite à mettre de côté toute idée face à votre poids (imaginez que votre poids n’est plus dans l’équation) et aux « bons » ou « mauvais » aliments. Qu’est-ce qui vous fait réellement envie? Quelle quantité vous donnera pleine satisfaction? Profitez-en pleinement. Si vous avez envie d’essayer plus d’aliments que votre estomac ne le tolère, gardez-en pour plus tard! Puis profitez-en pleinement à nouveau.

L’auto-compassion sera importante dans des situation ou vous ressentirez des émotions plus négatives, telles que le regret, la culpabilité, la tristesse ou la honte. Dans ces moments-là, essayez donc de vous parler avec bienveillance, plutôt que de vous dénigrer. Tout le monde vit ces émotions, c’est tout à fait normal. Une fois un peu plus calme, je vous invite à faire quelque chose qui vous aidera à vous sentir mieux. Par exemple, si vous vous sentez coupable d’avoir mangé plus qu’à votre faim, rappelez-vous que ce n’est pas une mauvaise chose en soi; ça ne fait pas de vous une mauvaise personne et vous n’avez pas à vous priver dans le futur pour compenser. Même les personnes qui entretiennent une relation saine avec la nourriture le font! Pour vous sentir mieux, vous pourriez vous faire une bonne tisane ou aller prendre une marche (non pas pour brûler des calories, mais pour vous aider à digérer et puis vous dégourdir les jambes en même temps!). Accordez-vous la patience et la compassion que vous méritez.

Je vous souhaite de joyeuses fêtes, remplies de vos plats préférés et de moments de bonheur!

Photo par rawpixel.com sur Unsplash

 

 

Important: Les conseils dispensés ci-haut le sont à titre informatif seulement et ne remplacent pas l’avis d’un.e professionnel.le médical.e

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *