Comment Savoir Quoi Manger (et faire la paix avec la nourriture)?

Voici le troisième article de ma série sur l’alimentation intuitive

Sortez votre calepin (ou votre cellulaire)! Cet article vous propose des petits exercices de réflexion.

Le troisième principe de l’alimentation intuitive est à mon avis le plus controversé parce qu’il est souvent mal compris. C’est aussi celui qui peut causer le plus d’angoisse au départ. Par contre, une fois qu’on a réussi à l’adopter, j’ai envie de dire que c’est le plus libérateur et gratifiant!

Il s’agit d’apprendre à faire la paix avec la nourriture. On parle ici de se donner la permission inconditionnelle de manger tout aliment dans la quantité désirée, à tout moment.

Je vous inviterais à prendre un instant pour écouter les pensées qui ont peut-être jailli à la lecture de cette description. Comment vous sentez-vous? Est-ce que l’idée de vous donner la permission de manger absolument tout vous fait peur? Qu’est-ce qui pourrait arriver? Je vous invite à noter votre réaction quelque part pour pouvoir y revenir plus tard dans votre cheminement.

Cesser la restriction psychologique

Le but de cette étape est de travailler sur les règles alimentaires que vous vous imposez pour tenter de contrôler votre poids. Même si vous ne croyez pas être au régime car vous ne suivez pas de plan alimentaires précis, ces règles représentent de la restriction. Dans mon livre à moi: restriction = régime. Et comme on le sait si bien, les régimes ne marchent pas à long-terme!

Il y a quelques années, le nutella n’entrait chez moi qu’une fois par an: pendant la période des fêtes. En voilà un bel exemple. Je ne me donnais pas le droit d’en consommer pendant l’année, de peur de “ tomber dedans”. Évidemment, à Noël, je tombais effectivement dedans. Un autre exemple: certaines personnes s’interdisent de manger après une certaine heure pour tenter de contrôler leur poids.

Avez-vous des règles alimentaires? Je vous invite à faire un tableau à deux colonnes dans votre cahier.

Dans la colonne de gauche, notez vos règles alimentaire. Si vous n’êtes pas sûr.e que ce qui vous vient à l’esprit est une règle, écrivez-le quand même. La prochaine étape de cet exercice vous permettra de le déterminer.

Dans la colonne de droite, notez si oui ou non vous avez déjà transgressé ces règles et les émotions et comportements qui suivent. (S’il y a effectivement une limite à ne pas franchir, c’est une règle!)

Cet exercice servait à vous faire prendre conscience de la restriction que vous vous imposez et des conséquences qu’elle peut avoir. Si vous avez remarqué qu’un fois qu’une règle est transgressée vous avez tendance à perdre le contrôle ou à “exagérer”, vous n’êtes pas seul.e.s.  C’est une réaction normale. La restriction est comme un élastique qu’on étire; quand on la relâche, toute la tension accumulée nous mène à nous rebeller dans le sens opposé. Plus on se retient de manger quelque chose, plus la tension augmente. Puis, quand on finit par succomber, on ne se satisfait pas d’une quantité normale. On se dit que puisqu’on a transgressé la règle, on va s’assurer que ça en vaille vraiment la peine (donc en manger beaucoup!) puisqu’on n’en mangera plus pendant longtemps. Malheureusement, on profite rarement des aliments consommés dans ces contextes, parce qu’on est trop pris.e.s par le sentiment de honte.

La beauté de l’alimentation intuitive, c’est qu’on n’a jamais à repartir à zéro. Il n’y a pas de règles à transgresser, juste des repas et des collations qui se suivent et qui changent au gré de nos vies, nos apprentissages, nos préférences et nos besoins. Sans jugement.

En laissant de côté les règles alimentaires, on se donne le droit de découvrir ce qu’on aime vraiment et les quantités qui nous satisfont. Souvent, ça mène à une plus grande variété dans notre alimentation et à beaucoup de plaisir et de satisfaction… sans maux de ventre. Ça nous permet aussi de faire des choix éclairés. C’est vraiment de toute beauté.

Comment faire?

Malheureusement, une règle alimentaire, ça s’oublie difficilement. Je le sais d’expérience.

Pour vous défaire de vos règles, je vous suggère de les confronter une à la fois. Les experts en alimentation intuitive suggèrent souvent d’y aller progressivement en débutant avec la règle que vous avez le moins peur de laisser de côté.

Ce processus est merveilleux et difficile à la fois. Merveilleux parce qu’on se permet de manger autant qu’on veut d’aliments dont on se privait et qui sont souvent DÉLICIEUX. Et on en veut souvent beaucoup au début. Encore une fois, c’est une réponse naturelle à la restriction qui s’estompe souvent au fur et à mesure qu’on se donne réellement et inconditionnellement la permission de manger ce qu’on veut. Une fois que notre cerveau et notre corps croient réellement que la restriction est terminée, on finit par s’habituer aux aliments qui nous obsédaient auparavant. La difficulté est de faire confiance au processus. Il arrive même qu’on réalise que notre attrait pour certains aliments venait beaucoup plus du fait qu’ils étaient interdits que de leur goût. 

Salutations au pot de nutella qui doit s’ennuyer fort dans mon armoire ces temps-ci. Je ne visite plus aussi souvent qu’avant.

Salutations aussi à mes boîtes de biscuits que je visite très régulièrement.

Important: Ce n’est pas pour rien que l’apprentissage de l’alimentation intuitive implique de travailler à reconnaître et à répondre à sa faim avant tout. Il vaut mieux manger en quantité adéquate d’abord, puis travailler à réintroduire les aliments dont on se prive. Sinon, on se met plus à risque de manger de façon compulsive à cause de la faim en plus de la restriction psychologique.

Et le poids dans tout ça?

La grande peur associée à ce principe de l’alimentation intuitive est le gain de poids. Je ne peux pas prédire si votre poids changera mais l’immense succès de l’alimentation intuitive ne vient pas de son effet sur le poids. Il vient de son effet positif sur le bien-être physique et mental. Éventuellement, il amène à l’atteinte du poids biologique, qu’on ne peut pas contrôler de toute façon!

Ma suggestion: détruisez votre balance!! (ou du moins laissez-là de côté pour le moment…ou pour toujours)

Elle ne mesure rien d’intéressant.

Faites confiance au processus.

Finalement, j’aimerais revenir sur quelque chose de très important que j’ai mentionné lors de mon dernier article. Il y a toutes sortes de raisons de manger, pas seulement la faim. En enlevant la restriction de l’équation, vous apprendrez à faire des choix basés sur toutes sortes d’autres choses: votre horaire, vos préférences, le contexte social, etc. Et ce seront des choix éclairés qui seront flexibles et vous permettront de vivre une vie plus riche que jamais! En tout cas c’est ce que je vous souhaite.

Si vous voulez le soutien d’une communauté AMAZING dans votre cheminement, rejoignez notre groupe facebook sans hésiter.

Photo par Paula Vermeulen pour Unsplash

 

 

Important: Les conseils dispensés ci-haut le sont à titre informatif seulement et ne remplacent pas l’avis d’un.e professionnel.le médical.e

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *