Comment Savoir Quand on a Assez Mangé?

Voici le sixième article de ma série sur l’alimentation intuitive

Vous sentez-vous incapable de ne pas finir votre assiette, même quand ça risque de vous faire un peu mal au cœur? Cet article est pour vous !

Nous en sommes à discuter de stratégies pour reconnaître son rassasiement.

Bien des régimes actuels promettent qu’il suffit d’arrêter de manger quand on n’a plus faim pour perdre du poids. Par contre, comme vous le savez, l’alimentation intuitive n’est pas un régime! Alors pourquoi explorer son rassasiement si le but n’est pas de manipuler son poids? Pour apprendre à être à l’écoute de son corps afin en prendre soin. Pour s’habituer à répondre à ses besoins sans jugement. Pour être confortable après les repas.  Pour mieux savourer les aliments. Prenez un instant pour réfléchir à vos propres raisons.

Est-ce que le fait de manger au-delà de sa faim est mal? Non! Vous avez toujours le choix de manger autant que vous voulez. C’est un principe élémentaire de l’alimentation intuitive: on se donne la permission inconditionnelle de manger de tout.

Tout de même, le thème de l’article d’aujourd’hui pourrait faire ressortir de vieilles habitudes de restriction. J’aimerais donc vous rappeler qu’avant de se lancer dans cette étape du processus, il est important d’avoir bien assimilé les premiers principes de l’alimentation intuitive. L’ordre des principes est très réfléchi, car si la mentalité de restriction et le désir de maigrir sont toujours très présents, si on n’a pas accepté que tous les aliments ont une valeur morale égale et, bien sûr, si on ne respecte pas notre faim, il sera très difficile d’aborder le rassasiement avec une curiosité bienveillante. En bref, si on vit encore beaucoup de culpabilité en mangeant, cela indique qu’il est trop tôt pour s’attarder au rassasiement. Je vous encouragerais alors à revisiter les quatre premiers principes, puis à me retrouver ici une fois que vous serez prêt.e. Je ne bouge pas, promis!

 

Manger est une action automatique pour la plupart d’entre nous. Cependant, pour explorer son rassasiement, il faut sortir du mode autopilote et porter attention à nos sensations. Ces sensations peuvent différer d’une personne à l’autre. De plus, certaines personnes apprécient d’avantage la sensation d’un estomac bien rempli que d’autres. Il s’agit d’apprendre à se connaître.

Se rendre compte de nos sensations de rassasiement demande d’être alerte et curieuse lorsqu’on mange.  Voici quelques trucs pour vous aider à le faire:

  1. Éviter les distractions pendant que vous mangez.
  2. Portez attention au goût des aliments. Lorsqu’on est rassasié.e, les aliments goûtent bien moins bon que quand on a faim.
  3. Portez votre attention sur les sensations au niveau de votre estomac (ex: sensation de vide, distension) et déterminez où vous vous situez sur l’échelle de faim et rassasiement que j’ai partagée avec vous dans l’article #2 de cette série.

Prenez une pause au milieu du repas ou de la collation pour appliquer les points 2 et 3, puis à nouveau lorsque le repas sera terminé.

Lorsque vous les remarquerez, je vous invite à noter quelques-unes des sensations qui vous indiquent le moment où vous êtes rassasié.e.

Le but est de découvrir le niveau de rassasiement qui vous convient le mieux, pas d’apprendre à laisser de la nourriture dans votre assiette. Avec le temps, vous aurez une meilleure idée des quantités qui sont satisfaisantes pour vous et qui vous tiennent au corps assez longtemps.  Gardez aussi en tête qu’au-delà du rassasiement, d’autres facteurs affecteront nécessairement la quantité de nourriture que vous consommerez: votre niveau de faim au début du repas, le type d’aliments, l’environnement dans lequel vous vous trouvez. N’hésitez pas jouer au détective en notant ces informations pour vous aider dans votre exploration!

Si jamais vous vous retrouvez à laisser de côté de la nourriture, permettez-vous toujours de la garder pour plus tard. Prenez l’habitude de ramener les surplus du restaurant s’il y en a. Les restes seront tellement délicieux le lendemain quand on aura faim à nouveau! Si vous finissez votre assiette au restaurant car vous ne voulez pas manger des aliments spéciaux ou « interdits » à la maison, je vous suggère d’aller relire mes articles sur les principes 1 à 4. Il y a sûrement encore de la restriction cachée à travailler.

 

Références

Tribole, E., & Resch, E. Intuitive eating: a revolutionary program that works. 2012, New York: St. Martin’s Griffin.

Photo par Toa Heftiba sur Unsplash

 

 

Important: Les conseils dispensés ci-haut le sont à titre informatif seulement et ne remplacent pas l’avis d’un.e professionnel.le médical.e

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *